Accueil Politique Accusation de viol contre Sonko : « l’objectif visé est de réduire...

Accusation de viol contre Sonko : « l’objectif visé est de réduire l’opposition à sa plus simple expression » (FRN)

78
0

Le Front national de résistance (Frn, opposition) y voit une affaire purement politique dans les accusations de viol avec arme à feu et menace de mort contre Ousmane Sonko. Dans un communiqué transmis à PressAfrik, ces opposants estiment que « l’objectif visé est de réduire l’opposition à sa plus simple expression », rappelant ainsi des propos tenus à l’époque par le président Macky Sall.

« Avant-hier, c’étaient les cas de Karim Wade et de Khalifa Ababacar Sall, accusés d’enrichissement illicite ou de détournement de deniers publics. Tous les deux ont été livrés à la vindicte populaire, emprisonnés et/ou exilé, par l’utilisation de la justice pour la liquidation d’adversaires politiques. Hier, c’était au tour respectivement, de Abdoul Mbaye et de Bougane Dany Guèye, vilipendés comme des malpropres, soi-disant impliqués dans des affaires non conformes à la  moralité », a rappelé le FRN.

Et Aujourd’hui, disent-ils, « c’est Ousmane Sonko qui se voit indexé pour une supposée affaire de mœurs ». En cela, le Frn ne peut que « s’indigner avec la dernière énergie » devant cette stratégie manifestement déroulée pour « tenter d’affaiblir et liquider politiquement et socialement des adversaires politiques, en foulant aux pieds toute considération d’ordre éthique. On le sait, l’objectif visé est de ” réduire l’Opposition à sa plus simple expression” ! , a déclaré le Frn.

Le Frn ne saurait se « substituer au Tribunal qui est censé, chaque fois que de besoin, faire son travail librement, en toute indépendance ». Malheureusement, dénoncent ces opposants,  « le parti-pris de certaines instances juridictionnelles est manifeste quand il s’agit “d’affaires politiques”, ce qui n’est pas le cas quand il faut poursuivre les mis en cause par les audits conduits par  des institutions de l’Etat ».

Pour eux, « ce n’est donc pas étonnant si notre pays est aujourd’hui classé par les institutions internationales parmi les derniers de la classe en matière de démocratie. Entre “une démocratie imparfaite et la dictature”. Quelle régression et quelle honte ! »

Le Frn pour sa part, a tenu à mettre en garde le régime en place pour lui signifier qu’il ne saurait demeurer indifférent face à de « telles ignominies et d’arrêter la judiciarisation de la vie politique ». Il en appelle, par-delà l’Opposition à tous les Patriotes et Démocrates à se « tenir debout et unis pour arrêter et mettre hors d’état de nuire cette dictature rampante qui menace la Nation toute entière ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici