Accueil Mis en avant Société Plainte pour viol contre Sonko : Les accusations de violences sexuelles confirmées...

Plainte pour viol contre Sonko : Les accusations de violences sexuelles confirmées par un laboratoire, le député convoqué dans les prochains jours.

53
0

Secousse tellurique chez les Pastefiens. Le leader du parti Ousmane Sonko a été accusé par une dame dénommée A. Sarr, âgée d’une vingtaine d’années, de viol et de menace de mort selon « les Échos » du jour.

Cette dernière a saisi le Commandant de la Section de Recherches de Colobane d’une plainte, le 2 février dernier, a ajouté la même source. Les faits auraient eu pour cadre le salon « Sweet Beauté ». Un institut de beauté « femme et homme soins visage » suivi « d’un massage de détente » lit-on sur leur page facebook.

C’est là que Ousmane Sonko se serait rendu à plusieurs reprises selon toujours le journal citant l’accusatrice, « régulièrement en qualité de client pour des séances de massage », mais à la fin, « exigeait toujours des faveurs sexuelles ». Elle a été, devant son refus d’assouvir les pulsions de l’ancien candidat à la Présidentielle de février 2019, « étranglée et contrainte à avoir des rapports sexuels et même menacée de mort. »

C’est de guerre lasse qu’elle a consenti donc à porter plainte. Ce que les enquêteurs n’ont pas perdu de temps à diligenter. Auditionnée à deux reprises, A. Sarr la plaignante a confirmé point par point tous les termes de sa plainte, et sa patronne a déclaré que Ousmane Sonko se rend assez régulièrement dans son salon de massage, tout en avouant ne rien savoir des relations entre ce dernier et son employée.

Les enquêteurs, qui n’ont pas traîné, ont également envoyé la plaignante A. Sarr auprès d’un spécialiste pour voir si elle a récemment entretenu des relations intimes et probablement pour voir s’il y a des tissus de la personne incriminée qui sont restés dans son corps, dira « les Échos ».

Et selon Confidentiel-Lettre quotidienne, lu par « Dakaractu » l’enquête de la gendarmerie avance à grands pas puisque le laboratoire spécialisé pour les confirmations d’usage n’a pas tardé à confirmer les accusations de violences sexuelles. Dès lors, les gendarmes qui ont bouclé la première phase de l’enquête devraient convoquer dans les heures ou jours à venir, le sieur Ousmane Sonko pour l’entendre. Le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, suit aussi l’enquête pour savoir la suite à donner. La propriétaire du salon de massage, Sweet Beauté, selon CLQ est aussi dans le collimateur des enquêteurs, il lui est reproché le délit de proxénétisme…

Plainte pour viol contre Sonko : Les accusations de violences sexuelles confirmées par un laboratoire, le député convoqué dans les prochains jours.
Plainte pour viol contre Sonko : Les accusations de violences sexuelles confirmées par un laboratoire, le député convoqué dans les prochains jours.

Dakaractu

L’a-t-il fait ; ne l’a-t-il pas fait ? Ousmane Sonko est présentement l’objet d’une plainte de la part d’une dame, âgée d’une vingtaine d’années, nommée A. Sarr. Cette dernière, qui a saisi le Commandant de la Section de Recherches de la Gendarmerie de Colobane le 2 février dernier, accuse l’honorable député et président du parti Pastef de l’avoir violée et menacée de mort. Joint au téléphone tard dans la nuit hier par «Les Echos», Ousmane Sonko dit n’avoir été informé d’aucune plainte à son encontre, ni par huissier ni par assignation, ni par signification. Mais selon nos sources, la dame A. Sarr, qui travaille dans un salon de massage sis à Sacré-Cœur 3, a été longuement auditionnée à deux reprises par les enquêteurs de la Section de Recherches. De même que la propriétaire du salon. Mieux, elle a été envoyée chez un spécialiste pour des prélèvements.

Ce serait un véritable scandale si jamais les faits viennent à être prouvés. Un scandale aussi retentissant que l’affaire de la Chambre 2806 de l’hôtel Sofitel de Manhattan où Dominique Strauss Kahn a été accusé par Nafissatou Diallo de viol. Cette «affaire» DSK à l’échelle tropicale concerne Ousmane Sonko. Le leader de Pastef, honorable député, est en effet accusé par une dame dénommée A. Sarr, âgée d’une vingtaine d’années, de viols et de menaces de mort. Cette dernière a saisi le Commandant de la Section de Recherches de Colobane d’une plainte, le 2 février dernier.
La dame est employée dans un salon de massage sis à Sacré-Cœur 3. Elle relate dans sa plainte : «Monsieur Ousmane Sonko se présente régulièrement en qualité de client pour des séances de massage, mais à la fin, il exige toujours des faveurs sexuelles», écrit-elle. Avant d’ajouter : «devant mon refus d’assouvir ses pulsions, il m’a un jour étranglée et contrainte à avoir des rapports sexuels avec lui. Confuse et prise de honte, j’ai voulu garder le silence sur cet acte mortifiant, en espérant que cela ne se reproduise pas. Mal m’en a pris puisqu’il revient régulièrement et me contraint d’avoir des relations sexuelles avec lui, et cela sous la menace de me faire disparaître de la surface de la terre compte tenu de sa toute puissance et de sa position dans le pays», écrit la dame.

«Le 1er février, il m’a envoyé un message disant qu’il allait venir, de l’attendre»

Et la dame de conclure par : «il m’indique que jamais personne ne pourra me croire si je raconte les faits. Et que dans tous les cas, je serais morte avant de pouvoir le faire. Je n’arrive plus à vivre sous ses viols répétés. (…) Aujourd’hui, ma vie a totalement basculé. Je vis dans un stress perpétuel et un dégoût de mon corps».
Toujours dans sa plainte, A. Sarr indique: «hier (Ndlr : le 1er février) seulement, il a envoyé un message écrit en disant qu’il allait venir, de l’attendre. Et c’est ce calvaire qui me pousse à aujourd’hui vous saisir».

  1. Sarr auditionnée longuement hier à la SR

La plainte déposée le 2 février, les enquêteurs n’ont pas perdu de temps pour la diligenter. C’est ainsi que, selon nos informations, la plaignante A. Sarr a été auditionnée longuement hier à la Section de Recherches de la Gendarmerie. Elle a fait face à deux reprises aux enquêteurs. Selon nos informations, non seulement A. Sarr a confirmé point par point tous les termes de sa plainte, mais elle a aussi répondu à toutes les interpellations des enquêteurs.

Sa patronne également auditionnée, une autre personne entendue à titre de «témoin»

La dame A. Sarr n’est pas la seule personne interrogée dans le cadre de cette «affaire». Selon nos informations, sa patronne, dont nous gardons pour le moment l’identité, a aussi été auditionnée par les éléments chargés de l’enquête. Elle aurait déclaré que Ousmane Sonko se rend assez régulièrement dans son salon de massage, mais elle a dit ne rien savoir des relations entre ce dernier et son employée. Une autre personne (un homme) a aussi été entendu par les enquêteurs à titre de témoin.

La plaignante envoyée chez un spécialiste pour des prélèvements

Les enquêteurs, qui n’ont pas traîné, ont également envoyé la plaignante A. Sarr auprès d’un spécialiste dont nous préférons taire le nom pour effectuer des prélèvements et voir si elle a récemment entretenu des relations intimes et probablement pour voir s’il y a des tissus de la personne incriminée qui sont restés dans son corps.

Cheikh Oumar NDAW

Ousmane Sonko : «je n’ai été informé d’aucune plainte à mon encontre ni par huissier ni par assignation ni par signification»

Joint au téléphone après plusieurs tentatives tard dans la nuit hier par «Les Echos», Ousmane Sonko a fait une petite réaction. Le président de Pastef, après avoir demandé notre identité, a demandé si les journalistes reçoivent maintenant des plaintes à la place des tribunaux. Ousmane Sonko de répondre tout de même qu’il n’a été informé d’aucune plainte à son encontre ni par huissier ni par assignation ni par signification.

Sidy Djimby NDAO

LES ECHOS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici