Accueil Mis en avant Société INCENDIE CRIMINEL CONTRE LA FAMILLE DIOL : La thèse de l’erreur sur...

INCENDIE CRIMINEL CONTRE LA FAMILLE DIOL : La thèse de l’erreur sur la maison à bruler : les précisions du porte-parole de la famille Diol

37
0

Après l’arrestation des trois présumés auteurs de l’incendie de la maison Diol à Denver, les autorités judiciaires du district n’ont pas perdu de temps pour enclencher la procédure. Après une première séance la semaine passée, les accusés sont revenus à la barre mercredi dernier. Papa M. Dia, porte-parole de la Famille Diol, y était. Il est revenu dans cet entretien sur le contenu de la séance et a profité de l’occasion pour faire des précisions concernant la thèse de l’erreur sur la maison à bruler.

Les Echos : Monsieur Dia, vous avez assisté mercredi passé au procès de l’affaire de la famille Diol à Denver, que peut-on retenir de cette séance ?

Pape M. Dia : La séance d’hier (mercredi) concernait l’un des présumés accusés âgés de 15 ans qui avait été identifié comme mineur ; donc c’était une séance à huis-clos, uniquement les membres de la famille ou les membres de la communauté concernée avaient été autorisés à y assister. Il y avait quelques membres de la famille, le représentant du district attorney office (procureur du district), l’avocate de la défense. Cette dernière a pris vraiment beaucoup de temps du fait qu’elle se plaignait de la forte présence de la communauté (sénégalaise et africaine). Du coup, l’avocat de la défense voulait limiter la présence de la communauté et finalement le juge lui a fait comprendre que ce n’était pas possible, du fait que toute la communauté est concernée dans ce dossier et qu’on n’aura pas le temps de demander à un chacun de se présenter. Mais, il faut retenir en ce qui concerne le mineur, qu’il y a des restrictions comme le fait qu’on ne peut pas divulguer son nom, encore moins partager sa photo. N’empêche que le district attorney office va toujours essayer de poursuivre le mineur âgé de 15 ans comme adulte.

Quel enjeu y a-t-il pour que ces jeunes soient poursuivis comme des adultes ?

La grande différence si ces jeunes sont poursuivis comme mineurs est que d’ici 4 ans ou 5 ans, ils vont sortir de prison ; ce que nous ne considérons pas comme juste, donc nous poussons et insistons qu’aussi bien le jeune âgé de 15 ans maintenant (14 ans au moment des faits) ainsi que les autres âgés de 16 ans soient poursuivis comme adultes. Il y a le cas d’une autre dame, qui avait été arrêtée pour possession d’arme à feu et de drogue, le temps que la police essaye de voir si elle a eu à jouer un rôle dans ce dossier. Nous avons eu écho qu’elle va bientôt être inculpée, en attendant que les enquêteurs y voient un peu plus clair pour savoir si d’autres adultes sont aussi impliqués.

On a entendu la thèse selon laquelle les auteurs du crime ont voulu se venger d’un gang rival et se sont trompés sur la maison à brûler, est-ce fiable ?

D’abord, dans ce dossier, mon devoir c’est d’être responsable : ne relater d’informations que si c’est vérifié par la police et l’investigation. C’est vrai que j’ai eu écho de la presse américaine que c’était le motif, mais en tant que représentant de la famille, je n’ai pas eu confirmation de la police et de l’investigation, donc j’avance avec beaucoup de réserves. On a entendu que c’est gens-là sont des dealers de drogue et qu’il y avait un dealer de seconde zone qui habite dans les parages et, par erreur, ils ont brûlé la maison de la famille Diol, alors qu’elle n’avait absolument rien à voir avec ça. Mais encore une fois, j’insiste sur le fait que c’est une information qui n’a pas été vérifiée par la police.

Quelle suite peut-on attendre de ce procès ?

La prochaine séance est prévue le 25 mars prochain. Cependant, le juge nous a clairement fait savoir que ça va prendre du temps. On n’aura certainement pas le verdict avant 6 mois. Donc nous demandons à la communauté d’être vraiment patiente. Ces jeunes sont inculpés de la plus haute inculpation dans l’Etat de Colorado et auraient pu courir une peine de mort si la sentence était toujours en vigueur (la loi sur la peine de mort abrogée le 23 mars dernier).

Ahmadou Ben Cheikh KANE (Correspondant permanent à New York)
LES ECHOS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici