Accueil Mis en avant Société Escroquerie foncière: Momar Seck et Gatta Touré avaient vendu un terrain d’autrui...

Escroquerie foncière: Momar Seck et Gatta Touré avaient vendu un terrain d’autrui à 31 millions

31
0

​Les nommés Momar Seck et Gatta Touré ont comparu hier devant la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour escroquerie et complicité d’escroquerie. Le tribunal les a condamnés respectivement à 6 mois et 3 mois de prison ferme. Ils sont aussi condamnés à payer solidairement la somme de 35.000.000 frs à la partie civile.

Attraits à la barre du tribunal de grande instance de Dakar pour escroquerie et complicité d’escroquerie, Momar Seck et Gatta Touré ont reconnu avoir empoché la somme de 31.000.000 frs. « Je reconnais avoir empoché les 31.000.000 frs parce que, dans ma tête, je leur vendais un bon terrain », s’est défendu Momar Seck. Il dit avoir déjà dépensé l’argent encaissé.

Quant à son co-accusé, Gatta Touré, il soutient avoir alerté Momar quand il a constaté que le terrain n’était pas immatriculé. Et ce dernier est venu lui dire qu’il avait tout géré. A la question de savoir si c’est lui qui a fabriqué l’acte de vente, il répond par l’affirmative alors qu’au début, les deux prévenus avaient soutenu à la barre que l’acte de vente dont ils disposaient venait de celui qui leur a vendu le terrain.

Pour la partie civile, Moussa Same Daf — qui n’est autre que le directeur de l’hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye —, les prévenus n’avaient même pas de documents pouvant attester que les terrains leur appartenaient et c’est ce qui l’a fait douter. Et plus tard, le gardien lui a fait savoir que le terrain était la propriété d’une autre personne. « C’est Gatta Touré qui coordonnait avec moi et c’est par la même occasion que je lui ai donné l’argent », a expliqué la partie civile, Moussa Same Daf.
« Ils auraient dû être poursuivis pour association de malfaiteurs. Parce que ce qui fait mal, c’est la réponse du prévenu qui peut briser un cœur quand il a sèchement répondu qu’il a utilisé l’argent à d’autres fins. Laissant ainsi la partie civile comme ça sans rien », a dit Me Daf, avocat de la partie civile.

Selon lui, les manœuvres ont consisté à faire croire au client que le terrain n’était pas litigieux et qu’il y avait même un gardien à leur disposition. « Les documents produits sont une manœuvre de Gatta Touré car il ne s’est pas simplement limité à son rôle d’intermédiaire puisqu’il est même allé jusqu’à produire un acte de vente », regrette Me Daf qui a demandé au tribunal de déclarer les deux prévenus coupables et les maintenir dans les liens de détention en allouant à son client la somme de 35.000.000 frs.

Le parquet, se basant sur certains actes posés et qu’il estime être de l’escroquerie, estime que Gatta Touré doit être considéré comme étant complice. Aussi, sollicite-t-il une peine de 6 mois dont un mois ferme pour les deux. Quant à l’avocat de la défense, Me Michel Ndong, il soutient que son client n’a pas cherché à fuir parce que dans sa tête, le terrain lui appartenait. « Il a acheté un terrain de très bonne foi à Mandione Ndiaye et les autorités coutumières l’ont confirmé. Et c’est la raison pour laquelle, mon client s’était mis dans la tête que c’est son terrain », a plaidé Me Ndong, écartant la thèse de l’escroquerie qui suppose une volonté de nuire.

Ce alors que son client n’a pas le comportement d’un délinquant puisqu’il est de bonne foi tout en manifestant son désir de payer. Aussi, la robe noire a sollicité la relaxe de son client Le tribunal a déclaré coupables les prévenus et condamné Momar Seck et Gatta Touré à six mois et trois mois de prison ferme respectivement. En outre, ils devront payer solidairement la somme de 35.000.000 francs à la partie civile, Moussa Same Daff, rapporte Le Témoin.

Laissez un commentaire

Merci d'entrer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom ici