Accueil Justice ME BASSIROU BALDE, AVOCAT : « TOUT CE QUI ARRIVERA AU BÉBÉ...

ME BASSIROU BALDE, AVOCAT : « TOUT CE QUI ARRIVERA AU BÉBÉ PRÉMATURÉ DE MA CLIENTE… »

50
0

L’avocat de la propriétaire du salon de message ’’Sweet beauté’’, Me Bassirou Baldé, est inquiet du sort du bébé-prématuré de sa cliente, Ndèye Khady Ndiaye. D’ailleurs, trois gendarmes l’ont forcé, vers 23 heures hier, à laisser son bébé à l’hôpital d’enfants Albert Royer, où le bébé est hospitalisé dans l’unité mère-kangourou. La robe noire avertit, soutenant que le Commandant de la Section de recherches (SR) et le procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, “seront responsables de tout ce qui arrivera à l’enfant. C’est inhumain.” Il précise qu’il n’est pas l’avocat de l’opposant, député et leader de Pastef / Les Patriotes, Ousmane Sonko, accusé de viol et de menace de mort par l’employée, Adji Sarr, de Ndèye Khady Ndiaye.

“On m’a contacté vers 17-18 heures, le samedi, me disant que la dame avait besoin d’un avocat, relate la robe noire, ’’Autour du micro” de Pape Alé Niang. J’ai rebroussé chemin, j’étais en partance pour Thiès, pour aller l’assister à la Section de recherches (SR). C’était sa quatrième audition à la SR, hier. Entre temps, elle a été entendue trois fois à la SR. J’ai assisté à sa 4e audition. Entre temps, elle n’avait pas d’avocat. Je l’ai trouvé en train de pleurer. Quand je lui ai demandé pourquoi elle pleurait, elle m’a indiqué qu’elle a accouché le 31 décembre 2020, par césarienne. Son bébé est né prématuré, et il se trouve à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann. Sa fille pèse 800 grammes. J’en ai informé le commandant de la SR. Il m’a assuré qu’il allait s’organiser pour permettre à ma cliente d’aller allaiter sa fille, à l’unité de mère-kangourou. Le bébé a besoin de la chaleur de sa mère. Je me suis déplacé avec le capitaine de la gendarmerie, accompagnant Ndèye Khady Ndiaye. On nous a remis l’attestation médicale qu’on a envoyée au Commandant.”

« ON LUI A PROPOSÉ DE L’ARGENT POUR CHANGER DE VERSION »

Poursuivant, il ajoute : “j’ai tenté de joindre le procureur de la République, Serigne Bassirou Gueye, pour lui parler du cas. Mais, il n’a pas décroché et m’a demandé de lui envoyer un sms, lui précisant que la vie de la petite fille est en danger si elle n’est pas avec sa maman.”

“Finalement, j’ai eu Serigne Bassirou Gueye mais il m’a dit que (ma cliente) sera placée en garde-à-vue.” Ce qu’il récuse d’autant plus martèle-t-il que sa cliente n’est pas dans l’illégalité. Car, elle dispose des papiers l’autorisant à gérer un salon de beauté, de gommage, de nettoyage de visage et de massage. Mais “pas de proxénétisme”, rejette-t-il. “On a remis tous les documents au Commandant de la SR. La dame refusant de laisser son enfant à l’hôpital, trois gendarmes l’ont forcée, à 23 heures passées, à quitter. Je suis rentré chez moi vers minuit.”

Au-delà de la “violence psychologique exercée sur sa cliente”, Me Baldé dénonce que Ndèye Khady Ndiaye a “reçu des appels de personnes lui proposant 15 millions si elle changeait de version. Je lui dit de ne plus décrocher des appels de numéros étrangers.”

Dans un entretien accordé à Emedia.sn, la propriétaire de l’institut de bien-être a tenté de disculper Sonko tout en chargeant son employée, Adji Sarr, qui serait, selon elle, engagée dans un complot pour salir la réputation de l’homme politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici