Accueil Justice IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE DE SONKO : DES JURISTES TRANCHENT LE DÉBAT

IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE DE SONKO : DES JURISTES TRANCHENT LE DÉBAT

67
0

Répondra, répondra pas ? La question est sur toutes les lèvres. Jets de pierres, grenades lacrymogène, des pneus brûlés dans certaines artères de la capitale entraînant de monstres embouteillages, c’était la guérilla, lundi, dans les rues de Dakar. Les partisans de Ousmane Sonko n’avalent pas sa convocation par la Section de Recherches où il devait être entendu, le 8 février, pour une affaire de mœurs suite à une plainte d’une jeune masseuse, Adji Sarr, âgée de 20 ans.

Ousmane Sonko, lui-même, dit niet à une quelconque convocation tant que son immunité parlementaire n’est pas levée avec respect de tout le processus. Aux dernières informations, la procédure concernant la levée de cette immunité a été enclenchée au niveau de l’Assemblée nationale. Le bureau de l’institution parlementaire a été convoqué, ce jeudi, pour se pencher sur la question.

Le refus d’Ousmane Sonko de déférer à la convocation de la gendarmerie est diversement apprécié par le public. Chacun y va de son commentaire. Ses soutiens, dont des parlementaires, exigent le respect de la loi. C’est le cas de l’ancien député, Thierno Bocoum. Prédisent d’AGIR (Alliance générationnelle pour les intérêts de la République), Bocoum ne comprend pas l’attitude du procureur qui est censé bien maîtriser la loi. « Convoquer un député tout en ignorant les dispositions combinées des articles 61 de la Constitution et 51 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, est un acte grave posé par le procureur de la République. Et ce n’est pas la première fois », a-t-il fait savoir. Et de poursuivre : « Le procureur de la République est devenu un danger pour la démocratie. Ses décisions illégales, et sa posture de récidiviste montrent qu’il préfère mettre la loi en dessous des volontés politiques de sa hiérarchie ». S’il y a trouble à l’ordre public, le leader d’AGIR estime qu’on doit le chercher du côté des « agents de l’Etat qui violent les lois et créent des situations de tensions ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici