Accueil A la une Sort incertain du touareg malien Mohamed Ag Al Faqi, emprisonné pour terrorisme...

Sort incertain du touareg malien Mohamed Ag Al Faqi, emprisonné pour terrorisme au Sénégal : son avocat, Me Ciré Clédor Ly tape du poing sur la table…

39
0
Arrêté depuis 2017 à la frontière Mauritanie-Sénégal pour terrorisme supposé et emprisonné au Camp Pénal, Mohamed Ag Al Faqi n’entrevoit même pas le bout du tunnel. Entre les mains de la justice, son dossier n’aurait pas connu une évolution significative si évolution il y a. C’est en tout cas le constat fait par son avocat, Me Ciré Clédor Ly qui s’est entretenu avec Dakaractu ce mercredi 16 juin.

Lors de son arrestation, Mohamed Ag Al Faqi était en possession de documents administratifs (passeport, permis de conduire et titre de séjour mauritanien) qui seraient des faux selon les enquêteurs. Selon son avocat, Me Ciré Clédor Ly, le défunt Doyen des juges d’instruction, Samba Sall avait saisi les services habilités, à savoir la cybersécurité et la direction de la police des étrangers, pour avoir la preuve que les documents étaient faux.

À en croire la robe noire, lesdits services avaient fait les diligences requises et ont envoyé les documents à la Division des investigations criminelles (DIC). « Ils ont perdu les documents », se désole l’avocat qui n’était pourtant pas au bout de ses peines si on en croit la suite de son propos. « Moi-même j’ai fait des diligences il y a eu un second envoi par les services de l’État au niveau de la DIC (..) là encore, les documents ont été perdus », ressasse Me Ciré Clédor Ly.

Il n’empêche, cette suite d’événements défavorables ne l’a pas découragé à entreprendre de nouvelles actions pour que son client soit fixé sur son sort. Mais malgré ses nombreuses démarches, l’avocat peine à obtenir gain de cause. Pour lui, le Doyen des juges d’instruction aurait dû tirer les conséquences de l’«inaction»de la DIC et prendre un procès verbal de carence. « Nous avons écrit au ministère de la Justice, nous avons saisi l’Inspection générale des cours et tribunaux, nous avons même écrit à l’ambassade du Mali pour l’appliquer. Aucun acte n’est fait dans cette procédure », martèle notre interlocuteur.

Lorsque nous lui posons la question de savoir si la longue détention préventive de Mohamed Ag Al Faqi ne s’explique pas eu égard de ce qu’on lui reproche, l’avocat nous oppose l’argument de la présomption d’innocence.

Selon lui, « c’est la mère des droits ». « Est ce que la loi permet de le garder ? Ce que la loi dit, c’est les délais raisonnables, la présomption d’innocence et le principe du droit à la liberté », rappelle Me Ly qui regrette que le Sénégal soit le pays où « les détentions peuvent être sans limite ».

Pensionnaire de la section haute sécurité du Camp Pénal de Liberté VI, Mohamed Ag Al Faqi dont le père est décédé pendant sa détention, aurait craqué et aurait même pensé à mettre un terme à son existence. « Il m’a fait part qu’il en avait marre parce qu’il a l’impression d’être dans un tombeau », rapporte Me Ciré Ly, ajoutant que son client avait décidé de ne plus s’alimenter.

« Je l’ai dissuadé de poursuivre les grèves de la faim », avoue l’avocat. « Ce n’est pas un pays où le droit de l’homme constitue une préoccupation minimale », observe amèrement la robe noire.

Autre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici