lundi, septembre 20, 2021
Accueil A la une Mandat d’arrêt contre Karim Keïta: satisfaction pour les proches du journaliste Birama...

Mandat d’arrêt contre Karim Keïta: satisfaction pour les proches du journaliste Birama Touré

29
0

Le fils de l’ex-président IBK est en fuite, à l’étranger, depuis le coup d’État qui a renversé son père en août dernier. Avant cela, Karim Keïta, ancien député, était déjà cité dans l’affaire Birama Touré, ce journaliste malien disparu depuis janvier 2016. D’après le journal pour lequel il travaillait, Le Sphinx, Karim Keïta serait impliqué dans cette disparition. Lundi, la justice malienne a saisi Interpol pour que Karim Keïta soit arrêté et transféré à Bamako afin d’y être entendu.

Pour les proches de Birama Touré, qui cherchent depuis plus de cinq années à faire la lumière sur sa disparition, l’émission de ce mandat d’arrêt international contre Karim Keïta est source de grande satisfaction.

Le Sphinx, journal d’investigation pour lequel travaillait Birama Touré, mais aussi la radio Bamako FM, ont déjà publié des éléments mettant en cause Karim Keïta dans cette affaire. Le fils de l’ancien président les avait d’ailleurs poursuivis pour diffamation, une plainte alors déclarée irrecevable par la justice malienne il y a deux ans. Depuis, le dossier n’avait pas vraiment connu d’avancée. Une procédure est également ouverte en France.

Le directeur de publication du journal d’investigation Le Sphinx, Adama Dramé, qui se bat depuis plus de cinq ans pour faire la lumière sur la disparition de son journaliste, salue de son côté « une bonne nouvelle » et affirme désormais attendre la version des faits de Karim Keïta.

Pour la partie adverse, Maître Khalifa Yaro, l’un des avocats de Karim Keïta, se plaint quant à lui de ne pas avoir eu accès aux derniers éléments du dossier, ce qu’il attend avant de s’exprimer publiquement. Mais déjà, il rappelle que Karim Keïta a toujours clamé son innocence dans cette affaire. Il assure que l’ancien député ne refuse pas de s’expliquer mais qu’il n’a jamais été convoqué officiellement. Surtout, Maître Yaro s’interroge sur la nécessité d’émettre un mandat d’arrêt alors que son client, Karim Keïta, n’est, à sa connaissance, pas inculpé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici