Accueil Actualité EMEUTES CONTRE LE COUVRE-FEU A DIAMAGUENE SICAP MBAO: Le pare-brise avant du...

EMEUTES CONTRE LE COUVRE-FEU A DIAMAGUENE SICAP MBAO: Le pare-brise avant du véhicule de police cassé, 02 manifestants de 13 ans arrêtés

95
0

Des agents du poste de police de Sicap Mbao ont été pris, avant-hier nuit, dans un tourbillon de jets de projectiles par une foule de jeunes du quartier Tally Mame Diarra de Fass Mbao. Ces derniers ont protesté bruyamment dans la rue contre l’instauration de l’état d’urgence assorti de couvre-feu. Ils ont endommagé le pare-brise avant de la fourgonnette d’intervention des flics. Deux élèves mineurs, âgés de 13 ans, ont été interpellés parmi les manifestants.

La police continue de payer un lourd tribut aux violentes émeutes contre l’instauration de l’état d’urgence assorti de couvre-feu consécutive à la croisade contre la propagation du Covid 19 ; des actions de défiance caractérisées assimilables à des actes de guérilla contre l’autorité étatique sont notées dans différents quartiers de la banlieue dakaroise, notamment à Thiaroye, à Guinaw-rails et dernièrement à Sicap Mbao.
C’est aux environs de 22h que les agents du poste de police de Sicap Mbao ont été alertés de la présence d’une foule de jeunes, qui étaient en train de manifester bruyamment dans la rue dénommée «Tally Mame Diarra» vers Fass Mbao ; violant ainsi les horaires du couvre-feu. Ces derniers poussaient des cris de guerre, dressaient des objets au milieu de la route principale du quartier et brûlaient des pneus par-ci par-là dans le but de protester contre l’état d’urgence, mais également narguer les agents des forces de sécurité et de défense, qui sillonnaient les coins et recoins des quartiers réputés chauds en vue de traquer les récalcitrants, puis tuer dans l’œuf leurs plans de désobéissance. Les hors-la-loi se livraient également à des actes de vandalisme.

Les agents éteignent les pneus et dégagent la voie publique ; les jeunes lancent l’attaque

Quand les agents de terrain ont débarqué de leur véhicule d’intervention sur les lieux, ils ont aussitôt engagé la course-poursuite avec les manifestants, qui ont détalé comme des lapins et se sont vite engouffrés dans les ruelles, avant de disparaître dans la nature, à la faveur de l’obscurité ambiante. Les flics se sont ensuite employés à éteindre les pneus en flammes et, par la même occasion, dégager la route principale de la localité de ces nombreux gravats. Une foudroyante riposte des manifestants éclate.

Ils se font agresser avec des jets de pierres et refusent d’user de grenades lacrymogènes

D’autres jeunes manifestants refusent par contre de décamper, s’emparent de toutes sortes de projectiles et se mettent à les balancer dans la direction des policiers. Ils endommagent, au cours de leur face-à-face avec les agents le pare-brise avant de leur fourgonnette immatriculée AD 27923. Les flics opèrent un repli stratégique, usent de subterfuges et tentent de prendre à défaut les manifestants, beaucoup plus nombreux. Ils se gardent malgré tout de riposter aux pierres des récalcitrants par des jets de grenades lacrymogènes, et continuent la chasse aux manifestants. Ils rattrapent dans le tas deux élèves mineurs âgés tous de 13 ans nommés Thierno B. D. et Ibrahima B.

Les deux mis en cause sont des élèves mineurs âgés de 13 ans

Suite aux dépositions sur procès-verbal (Pv), Thierno B. D. et Ibrahima B. ont été présentés, hier, devant le procureur de la République du Tribunal de grande instance de Pikine/Guédiawaye pour violation de l’état d’urgence assorti de couvre-feu.

Vieux Père NDIAYE

LES ECHOS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici