Accueil A la une Découpage de Dakar et processus électoral: «les droits des électeurs seront strictement...

Découpage de Dakar et processus électoral: «les droits des électeurs seront strictement respectés»

45
0

A travers un décret daté du 28 mai dernier, le chef de l’Etat Macky Sall a fait de Keur Massar le 46e département du pays. Cette mesure administrative, prise à quelques mois des élections locales (23 janvier 2022), a également touché une partie des départements de Guédiawaye, Rufisque et de Pikine. Interpellé sur les impacts de ce redécoupage sur le processus électoral, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Antoine Félix Abdoulaye Diome, se veut rassurant. Selon lui, toutes les mesures sont prises pour garantir aux citoyens leur droit de vote.

« Si quelqu’un doit quitter une circonscription, pour aller dans une autre parce que son lieu de vote est affecté, il ne fait l’objet d’aucun doute que la reddition, qui est de droit, devra l’être. Si un mécanisme est possible pour plus de souplesse dans le cadre de la mise en œuvre et du respect strict du droit des électeurs, il ne fait aucun doute que toutes les garanties sont données pour que nul ne soit léger par rapport à son droit légitime de participer à des élections », a-t-il déclaré jeudi lors de la septième édition du « Gouvernement face à la presse ».

Le ministre chargé de l’organisation des élections a rappelé, dans la foulée, que dans le cadre du Dialogue politique en cours, beaucoup de questions sont déjà évoquées. « Parmi celles-ci, explique M. Diome, il y en a qui ont fait l’objet de consensus, qui doivent être introduites après rédaction dans le code électoral, mais il y a d’autres qui ne manqueront pas d’être évoquées avant qu’une décision finale ne soit prise. Mais dans tous les cas, il y a un droit qui s’attache à la qualité d’électeur et qui va être respecté quelle que soit la situation ».

Mieux, pour le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, le Code électoral prévoit pour chaque étape des actes à prendre et qui seront pris le moment venu.

« Concernant la reddition des cartes électorales, je voudrais préciser que nous avons une administration électorale qui a une expérience avérée de l’organisation des élections et une très longue tradition quant à la maîtrise de tout ce qui se rattache à de telles opérations », a-t-il notamment rassuré aux journalistes.

LeSoleil

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici