lundi, septembre 20, 2021
Accueil A la une 68 nouveaux élèves sous-officiers mis au service de la nation

68 nouveaux élèves sous-officiers mis au service de la nation

29
0

L e Ministre des forces armées, Me Sidiki Kaba a présidé hier, vendredi 9 juillet à Kawil (7 kms environs au Sud de Kaolack) la cérémonie marquant la sortie de la 39ème promotion de l’Ecole nationale des sous-officiers d’Active (Ensoa). C’était en présence du Général des Corps d’armée Cheikh Wade, chef d’Etat-major général des armées et diverses autres autorités militaires et paramilitaires. Ainsi, pour cette année, le Sénégal est prêt à accueillir dans ses troupes, 68 nouveaux sous-officiers et a mis à la disposition de certains des pays «amis» six (6) éléments de commandement issus de cette même promotion.

Pour la première fois dans l’histoire de cette école, la formation a aussi été ouverte aux corps paramilitaires tels que la police, la Douane, les Eaux et Forêts et chasse et les services nationaux de l’Hygiène. En termes de performances et promotion, il convient également de souligner que parmi les anciens pensionnaires de l’Ensoa, plus de 450 éléments ont réussi à accéder à l’épaulette. Autrement dit, ils ont été élevés à des grades supérieurs durant une courte carrière dans l’armée. Une centaine en officiers supérieurs, une demie douzaine d’officiers généraux au Sénégal et au niveau de certains pays africains. Un bilan qui d’ailleurs confirme la pertinence de l’Ensoa et la qualité des enseignements militaires qu’elle délivre. Pour le Ministre des Forces Armées, Me Sidiki Kaba, cette cérémonie qui les mobilisait hier, à Kawil, «constitue toujours des moments solennels de réflexions, de bilan mais aussi d’espoir de voir l’institution militaire s’enrichir d’année en année. Des jeunes sénégalais en quête de loissance à donner à leurs vies». Par la solennité et la beauté de leurs engagements, ces jeunes, comme il dit le constater, «inscrivent de nouvelles raisons de croire en l’avenir». Ainsi au-delà des rituels de baptême de promotion, ajoute le Ministre des Forces Armées, «cette cérémonie porte le symbole de la vitalité des Forces Armées promue par le Président Macky Sall, chef suprême des Armées à travers un programme stratégique pour une montée en puissance des Armées dont la formation en constitue un axe fondamental». Feu Younouss Badji, parrain de la 39ème promotion de l’Ensoa La 39ème promotion de l’Ensoa, sortie hier, vendredi 9 juillet, est baptisée ” Younouss Badji”. Un sergent de la 19ème promotion de l’Ensoa, tombé au champ d’honneur le 14 avril 2002 à Kadjik Missirah en Casamance. Né le 10 juin 1973 à Kartiack, comme de nombreux autres frères d’armes, il a choisi son destin auquel il s’est engagé dans l’armée pour rendre un service actif. Dans sa trajectoire, il a été incorporé le 1er mai 1994. A l’issue de sa formation initiale du combattant, il a été affecté au Bataillon des parachutistes, le 1er septembre 1994. Engagé pour deux ans, à compter du 1er mai 1996, ce brave Soldat a réussi au concours d’entrée à l’Ensoa pour le compte de la 19ème promotion, le 12 décembre 1999. A sa sortie de l’Ensoa, le 19 octobre 2001, avec de brillants résultats, cet homme de troupe est alors retenu à titre définitif au grade de Sergent à compter du 1er 0ctobre 2001, avant de retourner au Bataillon des parachutistes. Un Bataillon où il s’est fait remarquer de par ses qualités exceptionnelles de chef de groupe. C’est ainsi qu’il a été sélectionné quelques mois plus tard pour une mission à la zone militaire N°5 avec la 3ème compagnie parachutiste dans le secteur de Nyassia. Le 14 avril 2002, le Sergent Younouss Badji perd ainsi la vie sur un renversement de véhicule au cours d’une patrouille de liaison sur l’itinéraire Gothedu/Daguitt nnn/Missirah. CINQUANTENAIRE DE L’ENSOA : Le bilan d’une école militaire africaine retracé La sortie cette année de la 39ème promotion de l’Ecole nationale des sous-officiers d’Active (Ensoa) a coïncidé avec la célébration du cinquantenaire de cet établissement militaire. En effet, créé en 1971 dans le but de professionnaliser le service militaire et lui doter d’éléments performants à toute opération, l’Ecole nationale des sous-officiers a toujours répondu aux objectifs qui lui étaient fixés. Déjà en 40 ans, l’Ecole a réussi à former 2109 sous-officiers dont 253 ressortissants de 14 pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée Equatoriale, Mali, Niger, République Centrafricaine, Tchad, et Togo). Etablissement sénégalais, mais à vocation africaine, cette école au-delà même de ses prérogatives sénégalaises a beaucoup contribué aux performances des différentes armées du continent. Ainsi, comme constaté par Me Sidiki Kaba, l’occasion a été mise à profit. Histoire de mener une réflexion centrée sur le thème ” Être sous-officier au 21ème siècle”. Une initiative qu’il a d’ailleurs saluée avant d’encourager ses commanditaires à persévérer dans cette voie de l’excellence

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici