Accueil A la une 352 MILLIARDS DE FRANCS CFA Pour Le Programme D’Appui Aux Communes Et...

352 MILLIARDS DE FRANCS CFA Pour Le Programme D’Appui Aux Communes Et Aux Agglomérations Du Sénégal (PACASEN)…

38
0

Le volet rural du Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal (PACASEN) sera doté d’un budget prévisionnel de 352 milliards de francs CFA pour la période 2021-2025, a-t-on appris mardi du ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Guèye. La mise en œuvre du PACASEN rural, à partir de l’année prochaine, va nécessiter, pour la période 2021-2025, un budget prévisionnel de 352 milliards de francs CFA, a-t-il dit lors d’une table ronde consacrée à la mobilisation des ressources financières devant permettre la mise en œuvre de ce projet. Une part importante de cette somme est attendue des partenaires financiers de l’Etat du Sénégal, qui ont déjà manifesté le désir de soutenir le projet, a assuré Oumar Guèye lors de cette rencontre qu’il coprésidait avec le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott. Des partenaires impliqués dans le projet, parmi lesquels la Banque mondiale, l’Union européenne, l’Agence française de développement et le Fonds saoudien, étaient représentés à cette rencontre organisée par visioconférence. Selon Oumar Guèye, le PACASEN rural vient en appoint au PACASEN urbain, dans une démarche de transformation structurelle et de mutualisation des interventions de l’Etat auprès des collectivités locales.  ‘’Ce programme est très sollicité par les élus locaux qui n’avaient pas accès au PACASEN urbain’’, a-t-il souligné. Son collègue chargé de l’Economie, du Plan et de la Coopération estime que la table ronde devrait permettre de ‘’partager avec les partenaires au développement les grandes lignes d’intervention dudit programme en mettant l’accent sur ses objectifs de développement, sa cohérence avec les instruments et stratégies nationales de développement’’. Il s’agit notamment de recueillir ‘’les avis des partenaires au développement sur la prise en compte de leurs lignes directrices’’, a expliqué Amadou Hott. Il a suggéré à son collègue Oumar Guèye de tenir, à travers le Programme nationale de développement local, des rencontres ‘’plus techniques’’ avec les partenaires financiers, en vue de leur meilleure compréhension et leur adhésion au programme. Ces rencontres devraient également permettre, selon lui, de s’enquérir des engagements financiers des partenaires intéressés par le programme

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici